Fêtes de fin d’année, circulation et consommation d’alcool : Redoublons de vigilance !

 
 

Index d'articles

  1. Lettre de l'Etat dans le Doubs - Numéro 49 - Décembre 2019
  2. Signature du Plan départemental de lutte contre les violences faites aux femmes
  3. Première année de fonctionnement du dispositif de Quartier de Reconquête Républicaine de Planoise
  4. Mise en place d'un dispositif de gestion des affleurements rocheux dans le Doubs
  5. Inauguration du centre d’incendie et de secours de Moncey
  6. Réforme de la taxe d’habitation : Un simulateur en ligne
  7. Les sapeurs-pompiers du Doubs réunis pour la cérémonie de Sainte-Barbe du corps départemental
  8. Fêtes de fin d’année, circulation et consommation d’alcool : Redoublons de vigilance !
  9. Oups.gouv.fr : Le site qui aide les usagers à éviter les erreurs avec l'administration
Sized - DDT - SR Alcool

Les fêtes de fin d’année, générant d’importants flux de circulation, constituent une période particulièrement sensible en matière d’insécurité routière. Le risque est aggravé par des conduites addictives souvent excessives et des conditions météorologiques dégradées.

En France, dans 30 % des accidents mortels, un conducteur est alcoolisé. Cette part monte à 50 % la nuit et même à 56 % de nuit le week-end. C’est l’une des premières causes de mortalité sur la route. Dans le Doubs en 2018, l’alcool était présent dans 9 accidents mortels, soit 25 % des accidents.

Pour éviter les drames, il est indispensable de respecter le taux maximum légal au volant. Ce taux est fixé à 0,50 g par litre de sang (ou 0,25 mg par litre d’air expiré), sauf pour les jeunes conducteurs pour lesquels la limite d’alcool autorisée en conduisant est de 0,2 g par litre de sang (ou 0,1 mg par litre d’air expiré).

Quelle que soit la boisson alcoolisée, un « verre » représente globalement la même quantité d’alcool (contenances correspondant aux doses normalisées dans les débits de boissons) : 25 cl de bière à 5° équivaut à 12,5 cl de vin de 10° à 12° ou à 3 cl d’alcool distillé à 40° (whisky, anisette, gin), chacun contenant environ 10 g d’alcool pur.

Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne. Ce taux peut augmenter en fonction de l’état de santé, le degré de fatigue, ou de stress, le tabagisme ou simplement les caractéristiques physiques de la personne : pour les plus minces, les femmes ou les personnes âgées, chaque verre peut représenter un taux d’alcoolémie de 0,30 g.

Le taux d’alcool maximal est atteint :

  • une demi-heure après absorption à jeun ;
  • une 1 heure après absorption au cours d’un repas.

L’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d’alcool par litre de sang en une heure. Café salé, cuillerée d’huile... : aucune recette miracle ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

Les principaux effets de l'alcool sur l'organisme :

  • L’alcool rétrécit le champ visuel ; la perception latérale des objets est alors altérée.
  • Il modifie la perception du relief, de la profondeur et des distances.
  • Il augmente le temps de réaction. Chez un conducteur sobre, le temps de réaction est en moyenne d’une seconde. Mais dès le premier verre, il augmente d’une demie seconde. Pour mémoire, à 90 km/h, un véhicule parcourt 25 m en une seconde.
  • L’alcool augmente la sensibilité à l’éblouissement.
  • L’alcool diminue la vigilance ainsi que la résistance à la fatigue.
  • Son effet désinhibant amène le conducteur à sous-évaluer les risques et à transgresser les interdits.