France Relance

 
 
France Relance

Depuis 6 mois, le Gouvernement est pleinement mobilisé pour faire face et protéger le pays des conséquences économiques et sociales de la crise de la Covid-19. Une réponse immédiate et forte a permis d’amortir le premier choc. Avec la rentrée, même si le virus circule toujours, il est temps que le pays se tourne vers l’avenir.

Avec la volonté d’amplifier les efforts mis en œuvre avec le plan de soutien, le Premier ministre a présenté le 3 septembre 2020 le plan "France Relance", une feuille de route pour la refondation économique, sociale et écologique du pays. Ce plan est le résultat d’une large concertation nationale mise en place pour tirer les enseignements de la crise. Il s’inscrit dans la continuité des chantiers engagés depuis le début du quinquennat.

Bâtir la France de 2030

Les moyens consacrés par le Gouvernement et l’Europe sont conséquents et se veulent à la hauteur des enjeux : 100 milliards d’euros, soit ⅓ du budget annuel de l’État. 40% ont été financés par l’Union européenne, des fonds mobilisables par les États membres jusqu’en 2026 et remboursables jusqu’en 2058. Le plan de relance permet à notre Nation de se positionner sur des secteurs d’avenir pour (re)créer de la valeur en France et les relais de croissance de demain. Il a pour vocation à susciter de nouvelles opportunités pour la jeunesse, celles et ceux qui souhaitent se reconvertir ou acquérir de nouvelles compétences. Il doit aussi permettre à la France, comme à l’Europe, de confirmer sa robustesse et son attractivité dans le concert international des Nations.

La crise est porteuse d’opportunités : elle a permis de s’accorder sur les grands enjeux sociétaux du siècle, mis en valeur les ressources dont la France dispose déjà pour y répondre et celles à développer. La relance génère un élan dont chacun, à son échelle, doit se saisir. Le plan de relance permet de libérer les énergies de la Nation pour renouer avec la croissance. Pour ce faire, le Gouvernement prévoit un « choc de simplification » afin de faciliter son appropriation. La relance prendra vie au sein des territoires et donnera naissance à une société du mieux vivre : plus durable, plus solidaire, plus indépendante, conformément aux aspirations des Français.

Les 3 priorités

La relance sera verte, sociale et territoriale. Elle permettra de renforcer la souveraineté économique et de l'indépendance technologique de la France.

Écologie

L'objectif est clair : devenir la première grande économie décarbonée européenne. Pour ce faire, 30 milliards de l’enveloppe globale seront consacrés à quatre secteurs prioritaires : la rénovation énergétique des bâtiments, les transports, la transition agricole et l'énergie. Ces investissements permettront à la France de se développer en adoptant une croissance durable et juste.

Compétitivité

Retrouver compétitivité et croissance, soutenir l’innovation en opérant une transition environnementale, énergétique et numérique, relocaliser notre production : la crise est le terreau d’opportunités pour la France de demain.

Cohésion

Comme pour l’ensemble des pays en temps de crise, le grand défi auquel il faudra faire face dans les prochains mois sera d’éviter une hausse des inégalités en France. La relance sera solidaire, elle bénéficiera à tous les Français et impliquera une solidarité entre les générations, entre les territoires, et entre les entreprises de toutes tailles.

Une méthode : concertation, rapidité d’exécution et évaluation

Afin de respecter l’objectif d'exécution rapide, le plan de relance suit une méthode stratégique, qui vise notamment à inclure tous les acteurs autour du dialogue et de la concertation. Des comités de suivi seront créés pour garantir la mise en place des mesures au niveau national et local :

  • Au niveau national, un comité de suivi, présidé par le Premier ministre, assurera le suivi de l'exécution du plan de relance et la tenue du calendrier d’engagement.
  • Au niveau local, les comités de suivi régionaux veilleront à informer l’ensemble des acteurs locaux des modalités de mise en œuvre du plan, à suivre l’avancement des projets sur les territoires, à identifier et résoudre les points de blocage éventuels. Ils incluront notamment les services de l’État, les représentants des collectivités locales et les partenaires sociaux.

Partenariat avec les Régions : la relance passera par les territoires

"Les territoires, c’est la vie des gens. Libérer les territoires, c’est libérer les énergies. C’est faire le pari de l’intelligence collective. Nous devons réarmer nos territoires"
Jean Castex, déclaration de politique générale, le 15 juillet 2020.

La crise l’a démontré : les collectivités locales sont des acteurs incontournables pour déployer et itérer autour de mesures dont la vocation première est de nourrir la vitalité des territoires et impacter de façon perceptible le quotidien des Français. C’est pourquoi un partenariat avec les Régions a été signé le 30 juillet 2020 pour les associer étroitement à la reconstruction du pays.

L’État a ainsi débloqué 600 millions d’euros de crédits afin de compenser les pertes de revenus et soutenir les investissements réalisés par les Régions qui se sont engagées, en contrepartie, à investir massivement dans la relance. Leurs priorités tourneront autour de la transition écologique, la recherche, la cohésion sociale et territoriale, la santé, la formation professionnelle ou la modernisation et le développement des infrastructures de transport. L'accord prévoit aussi que les Régions devront « alimenter un fond de sauvegarde », qui servirait en cas de nouvelle crise.

Plus d'info : www.gouvernement.fr

> Dossier de presse - France Relance - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,77 Mb