La lettre des services de l'Etat dans le Doubs - numéro 47 de juillet - Août 2019

 
 

75 ans de la libération : une exposition

consacrée à la 2nde guerre mondiale en Franche-Comté

 

75 ans de la libération

Du 7 au 15 septembre, l’hôtel de Clévans, situé au 4 rue Lecourbe à Besançon, accueillera une exposition intitulée : «la seconde guerre mondiale en Franche-Comté ».

Organisée par la 1re division, elle sera ouverte tous les jours de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00. Entrée libre.

Les visites seront commentées ou libres.

Les chorales du Musigone « Chantez 25000 » interprèteront une représentation dans la cour de l’hôtel le 7 septembre à 15h00, entre chants d’amour et de guerre.

Avec le soutien du rectorat, les écoles sont invitées à visiter cette exposition du 9 au 13 septembre, sous condition de réservation de créneaux, via un formulaire envoyé à chaque établissement du Doubs (collèges et lycées).

 Le week-end des 7 & 8 septembre, l’association « Mémoire de nos Pères » reconstituera le poste de commandement du Maréchal de Lattre de Tassigny dans les salons du 1er étage. Des personnages en tenue d’époque assureront son animation.

L’accueil personnalisé sur rendez-vous  

prise de rendez-vous

 

Grâce à une plus grande complémentarité entre ses différents canaux de contact, la Direction générale des finances publiques DGFiP est engagée dans une démarche d'amélioration de son dispositif d’accueil des usagers.

Elle est en mesure d'offrir aux usagers un accueil personnalisé qui vise à améliorer la qualité de service en évitant aux usagers de se déplacer aux guichets des centres des fiances publiques.L’usager, qu'il soit professionnel ou particulier, peut à partir de l'icône « contact » du nouveau site impots.gouv.fr , accessible depuis l'espace public du portail ou depuis l'espace authentifié, prendre un rendez-vous téléphonique ou au guichet.

Les rendez-vous programmés au guichet font systématiquement l'objet d’un contre-appel quelques jours avant la date de rendez-vous, afin de juger de l’opportunité du déplacement et de constituer un dossier avec toutes les pièces justificatives nécessaires au traitement du dossier.

Ouverture d’un nouveau service en ligne pour les professionnels

DGFIP PRO

Accessible depuis l'espace professionnel sur impots.gouv.fr , la messagerie sécurisée E-contacts facilite les échanges entre les usagers professionnels et les services des impôts des entreprises. Cette messagerie sécurisée à vocation à devenir le vecteur privilégié de la relation numérique avec les entreprises : un canal confidentiel, sécurisé, disponible 24h/24h et partagé.

Toutefois, afin de sécuriser les démarches, l'accès à la messagerie est conditionné à une adhésion spécifique à ce service. L'usager qui demandera l'adhésion au service « Messagerie » devra déclarer « l'adresse électronique de l'entreprise », sur laquelle cette dernière recevra systématiquement les notifications de la messagerie.

 

Quelques changements au sein de la communauté militaire doubienne 

Armée 1ere div

En premier lieu, le général de division Frédéric Blachon, commandant la 1re division, reprendra la tête de cette grand unité fin août après avoir passé un an à N’Djamena au Tchad en tant que commandant de la force Barkhane. Il effectuera ainsi sa 3e année à la tête de la 1re division à Besançon. Après avoir exercé la suppléance du commandement pendant cette année, le général Serge Martigny reprendra ses fonctions de commandant en second de la 1er division.

Enfin, le colonel Jean Fenon, chef d’état-major de la 1re division, quittera également ses fonctions à l’état-major pour rejoindre la garnison de Strasbourg. Il est remplacé par le colonel Lionel Catar.

La 1re division, dont l’état-major est implanté au quartier Ruty à Besançon, est composée de trois brigades interarmes, d’éléments français de la brigade franco-allemande et de 3 régiments spécialisés, regroupant ainsi près de 27.000 hommes et femmes, militaires et civils de la défense et plus de 5000 réservistes.

La 1re division a pour mission de fournir des unités Terre structurées, formées, entraînées pour répondre aux contrats opérationnels de l’armée de Terre, que ce soit sur le territoire national ou à l’étranger.

Armée 2

Au niveau de la 7e brigade blindée (7e BB), le général Charles Palu laissera le commandement de la brigade au général Pierre-Yves Rondeau. Ce dernier connait bien la cité bisontine puisqu’il y a déjà passé sept années en tant que colonel adjoint de l’état-major de la 7e BB puis chef d’état-major de la 1re division.

Par ailleurs, la 7e BB verra au mois de juillet le déplacement de son centre de formation initiale des militaires du rang depuis Verdun pour Valdahon. Loin d’être un simple déménagement, ce transfert permet la création d’une 2e compagnie d’encadrement, la 7e brigade blindée faisant l’objet d’un plan de recrutement élevé. Ainsi tous les militaires du rang qui seront affectés dans l’un de ses régiments subordonnés seront formés à Valdahon avant de rejoindre leur unité.

Subordonnée à la 1re division, la 7e brigade blindée, dont l’état-major est implanté au quartier Ruty à Besançon, est l’une des deux brigades blindées de l’armée de Terre. Brigade dite de « décision »,grâce à son équipement blindé (VBCI , chars Leclerc, canons CAESAR ), la 7e BB a la capacité de combattre en profondeur. Ainsi elle est vouée àl’engagement en milieu interarmées et multinational, pour afficher la volonté politique d’agir et de peser sur les décisions. Par la spécificité de son matériel, elle est également amenée aux engagements massifs et prolongés de haute intensité ainsi qu’aux actions de coercition les plus dures comme à celle de maîtrise de la violence.

Forte de 7 500 hommes et femmes, la 7e brigade blindée regroupe 7 régiments, un centre de formation initiale ainsi qu’une unité spécialisée.

 

Prévention des noyades

prévention noyades
A l'occasion de la vague de chaleur de ces derniers jours, il est important de rappeler certaines précautions pour la population recherche dans la baignade une solution pour se rafraichir.
En effet, selon la dernière étude de Santé Publique France, on observe une augmentation importante du nombre de noyades accidentelles en France (1266 en 2015 et 1649 en 2018) et une stabilisation du nombre de noyades accidentelles suivies de décès (436 en 2015 et 406 en 2018). L’augmentation des noyades accidentelles entre les étés 2015 et 2018 est observée essentiellement chez les moins de 13 ans (338 en 2015 et 600 en 2018). Chez les enfants de moins de 6 ans, la hausse est, tout lieu de baignade confondu, de 96% (226 en 2015 et 443 en 2018) et de 132% (96 en 2015 et 223 en 2018) pour les seules piscines privées familiales. Toujours chez les moins de 6 ans, 25 noyades suivies de décès ont eu lieu durant l’été 2018 en piscine privée familiale alors que ce chiffre était de 13 durant l’été 2015. La noyade accidentelle est la première cause de mortalité par accident de la vie courante pour les moins de 25 ans.
En parallèle d'un plan de lutte contre les noyades et d'actions pour accompagner les enfants dans la découverte du milieu aquatique, le ministère des Sports et le ministère des Solidarités et de la Santé se sont associés, en partenariat avec Santé publique France, pour porter une campagne de prévention des noyades et favoriser la pratique des activités aquatiques en sécurité.
 

Transition écologique: ouverture du portail Biodiversité Tous vivants

plan biodiversité

À l'approche du premier anniversaire du Plan biodiversité adopté le 4 juillet dernier et à un an du Congrès mondial pour la nature qui se tiendra à Marseille, la direction de l'eau et de la biodiversité a le plaisir de vous informer de l'ouverture du portail biodiversitetousvivants.fr

Ce site vous permettra de suivre la mise en oeuvre du plan et faire connaitre vos actions qui y sont rattachées en les valorisant. Pour cela, envoyez-nous vos projets à l'adresse biodiversitetousvivants@developpement-durable.gouv.fr

Plus d'infos ici

 

Patrice Durand, inspecteur d’académie,

directeur académique des services de l’éducation nationale du Doubs

 

dasen

Patrice Durand a été nommé inspecteur d'académie - directeur académique des services de l’éducation nationale (IA-DASEN) du Doubs par décret présidentiel du 28 mai 2019 publié au Journal officiel. Il succède à Jean-Marie Renault qui a fait valoir ses droits à la retraite.

L’inspecteur d'académie - directeur académique est chargé, par délégation du recteur de l’académie de Besançon, d’animer et de mettre en œuvre dans le département la politique éducative du ministre de l’éducation de l'éducation nationale et de la jeunesse qui est d’assurer la réussite de chaque élève.
Avec l’appui des services départementaux de l'éducation nationale qu’il dirige et les moyens alloués au département, il assure le suivi de la scolarité des élèves dans le premier et le 2nd degré, gère la carrière professionnelle des enseignants des écoles, accompagne les écoles et les établissements scolaires de l’enseignement secondaire dans le pilotage dans leurs projets.
Il conduira son action, tant pédagogique, administrative que de gestion,aux côtés des personnels et avec les partenaires de l’école (parents d’élèves, élus, organismes publics ou associatifs). Il continuera à participer aux politiques interministérielles (solarisation des élèves handicapés, politique de la ville, prévention de la délinquance, de la santé, de la sécurité, des discriminations).
Parcours de M. Durand, IA-DASEN

 

Ecole ouverte pendant les vacances !

école ouverte

Dans le département du Doubs, huit collèges ont fait le choix de rester ouverts pendant la période des vacances scolaires d’été. La majorité d’entre eux participeront aux deux sessions, celle qui prolonge l’année scolaire et celle qui anticipera la prochaine rentrée. Plusieurs centaines élèves sont attendues.

Des projets pour apprendre autrement et conformes à la charte Ecole ouverte

Ecole ouverte est un dispositif que proposent en priorité les collèges qui relèvent des réseaux d’éducation prioritaire (REP), de la politique de la ville ou isolés géographiquement, situés en zone rurale ou de montagne. Huit collèges ont répondu à l’appel à projets pour l’année 2019 : Anatole France à Béthoncourt, Diderot et Stendhal à Besançon, Lou Blazer à Montbéliard, Pierre Vernier à Ornans, André Malraux à Pontarlier, Les Villanelles à Rougemont et Les Hautes Vignes à Seloncourt. Trois sont en réseau d’éducation prioritaire renforcée (REP+) et un en REP.

Les enfants et adolescents à qui l’opération est destinée et qui sont inscrits, sont issus de l’un des collèges participant au dispositif ou des écoles primaires de secteur. A ceux qui, pour des raisons d’isolement ou de moyens, ne fréquentent pas ou peu les structures locales d’accueil et de loisirs, qui ne partent pas ou peu en vacances ou qui sont en difficultés scolaires, il leur est offert de participer à des activités éducatives début juillet et fin août.

Chaque collège définit et organise son propre programme intégré dans le projet d’établissement et conforme à la charte nationale Ecole ouverte. Le projet est assorti d’une palette d’activités culturelles, sportives, de loisirs, dans les domaines du numérique, de la santé, de la citoyenneté mais aussi scolaires. Ces dernières ont la faveur des élèves de l’école primaire qui s’apprêtent à entrer au collège, des élèves de 6ème pour une consolidation des apprentissages, ainsi que des élèves qui veulent se préparer aux échéances de l'année du brevet des collèges.

Ecole ouverte, dispositif interministériel, repose essentiellement sur l’engagement volontaire des chefs d’établissement, de leurs personnels ainsi que des partenaires et intervenants extérieurs. Les parents y sont bien sûr étroitement associés.

Les collèges du Doubs participent à Ecole ouverte depuis 1991, date de sa mise en place, excepté le collège Stendhal qui a été précurseur. C’est dire si ces « vacances » d'une autre nature continuent de remporter l’adhésion des élèves et des parents. Les bilans annuels, tel celui de l’année 2018, attestent des retombées positives sur la relation avec les adultes, entre filles et garçons, sur le lien avec les familles, sur l’ouverture de l’école sur le quartier, et in fine sur le comportement des élèves et le travail en classe.

Car c’est bien là l’objectif : favoriser l’intégration sociale et scolaire, contribuer à l’égalité des chances de réussite de ces jeunes.